Histoire de l’indépendance des États-Unis

L’indépendance des États-Unis, également appelée Révolution américaine, est le processus par lequel les treize colonies sont devenues indépendantes de l’Angleterre.

La déclaration d’indépendance des États-Unis a eu lieu le 4 juillet 1776, mais ce n’est qu’en 1783 que l’Angleterre a reconnu l’indépendance du pays.

Pendant les 5 années qui ont suivi la déclaration, la guerre d’indépendance a opposé les troupes anglaises aux colons. Les Américains ont également été aidés par des troupes françaises et espagnoles.

Les États-Unis ont été la première nation des Amériques à devenir indépendante et ont été une source d’inspiration pour les luttes pour l’indépendance des autres pays du continent.

L’indépendance des États-Unis et des autres pays qui ont suivi a été fortement inspirée par les idéaux des Lumières, qui défendaient les libertés individuelles.

Causes de l’indépendance des États-Unis

Les treize colonies ont toujours joui d’un haut degré d’autonomie et ont subi peu d’interférences de la part de l’Angleterre. Cela s’explique par le fait que l’Angleterre s’intéressait peu à ces colonies.

Cependant, dans la seconde moitié du 18e siècle, le traitement de la métropole par rapport aux colonies a considérablement changé et l’Angleterre a commencé à exercer un plus grand contrôle sur les Treize Colonies.

Ce changement de relation est principalement motivé par le contexte de la révolution industrielle et les conflits dans lesquels l’Angleterre s’implique en Europe, notamment la guerre de Sept Ans.

Révolution industrielle

Avec l’avènement de la révolution industrielle, l’Angleterre en est venue à considérer ses colonies américaines comme d’importantes sources de matières premières pour son industrie et aussi comme des marchés de consommation pour ses produits.

Autrement dit, les colonies, qui étaient jusqu’alors considérées comme peu importantes pour l’Angleterre, sont devenues une source potentielle de gains économiques pour la métropole.

La guerre de Sept Ans

Au cours du 18e siècle, l’Angleterre s’est impliquée dans plusieurs conflits avec des nations européennes, l’un des plus importants étant la guerre de Sept Ans. Cette guerre était un conflit entre la France et l’Angleterre pour la possession des treize colonies.

L’Angleterre est sortie vainqueur du conflit, mais en raison des coûts élevés de la victoire, elle était endettée à la fin de la période.

Afin de redresser son économie, elle devait augmenter ses revenus et pour ce faire, elle a créé de nouvelles taxes pour les colonies américaines. Certaines de ces taxes étaient :

  • Sugar Act (1764) : augmentation des taxes sur le sucre et d’autres produits ;
  • Stamp Act (1765) : tous les documents et publications en circulation dans la colonie devaient avoir un timbre payé à l’Angleterre ;
  • Lodging Law : elle déterminait que les soldats anglais devaient être logés dans les maisons des colons ;
  • Townshed Act (1767) : elle a augmenté les taxes sur le thé, les teintures et le verre.

L’augmentation des taxes rend les colons de plus en plus mécontents de la métropole et plusieurs protestations contre ces nouvelles mesures commencent.

Ignorant leurs demandes, en 1773, le gouvernement anglais adopte le Tea Act, qui détermine que seuls les thés anglais peuvent être achetés par les colonies.

Cette loi fut considérée comme un élément déclencheur ; la même année, en signe de protestation, plusieurs colons se déguisèrent en Indiens, montèrent à bord d’un cargo en provenance d’Angleterre et jetèrent toute la cargaison de thé à la mer. Cet événement est devenu connu sous le nom de Boston Tea Party.

En réaction aux mouvements de protestation qui avaient lieu dans la colonie, l’Angleterre durcit encore plus son traitement et promulgua les lois intolérables.

Parmi les mesures adoptées par les Lois Intolérables figuraient la fermeture du port de Boston jusqu’à ce que la perte des Tea parties soit compensée et l’interdiction des réunions.

À ce stade, les divergences d’intérêts entre les colons et la métropole sont devenues évidentes et c’est ainsi que le premier congrès continental de Philadelphie s’est tenu en 1774.

Au cours de ce congrès, les colons rédigèrent un document à l’intention du roi d’Angleterre dans lequel ils déclaraient leur loyauté, mais exposaient leur mécontentement à l’égard des mesures adoptées par la couronne et demandaient l’abrogation des Lois intolérables.

Le roi, cependant, envoie davantage de troupes dans les colonies, ce qui augmente le mécontentement et c’est ainsi que les conflits armés commencent.

L’année suivante, en 1775, le deuxième Congrès continental se tient à Philadelphie. À cette occasion, les colons décident de rompre avec la domination coloniale et rédigent la Déclaration d’indépendance des États-Unis.

Cette déclaration, écrite par Thomas Jefferson, est publiée le 4 juillet 1776. Cependant, la colonie n’a pas accepté l’indépendance et une guerre a alors éclaté.

Guerre d’indépendance

Ce conflit a duré 5 ans et a impliqué, en plus des colons et des troupes américaines, des troupes françaises et espagnoles. Les Français et les Espagnols se sont rangés du côté des colonies dans ce conflit, car ils souhaitaient affaiblir le pouvoir de l’Angleterre sur le continent américain.

La victoire finale des Treize Colonies a lieu lors de la bataille de Yorktown, le 19 octobre 1781. Mais ce n’est qu’en 1783 que les Anglais reconnaissent l’indépendance des États-Unis, avec la signature du traité de Paris.

Conséquences de l’indépendance des États-Unis

L’indépendance des États-Unis, ou Révolution américaine, a consolidé le pays en tant que République fédéraliste et parmi ses conséquences :

  • Elle a servi de source d’inspiration aux autres colonies américaines pour lutter pour leur indépendance ;
  • Le modèle d’État républicain a servi d’exemple à d’autres pays, comme le Brésil ;
  • La France et l’Espagne ont récupéré les territoires américains qu’elles avaient perdus ;
  • Elle a permis la division interne du territoire américain, ce qui conduira des années plus tard à la guerre de Sécession.