L’art et le recyclage : 5 artistes qui transforment les déchets en œuvres d’art

L’art a un potentiel provocateur et de nombreux artistes l’utilisent comme outil d’activisme. Parmi les courants existants, l’activisme environnemental se distingue. Avec l’art contemporain, la production artistique a réinventé ses frontières et commencé à se déplacer vers de nouveaux territoires, en utilisant des langages tels que les performances et les installations. L’utilisation de matériaux recyclés dans l’art ne se limite pas à l’artisanat. Découvrez cinq artistes qui utilisent l’art recyclé de manière durable et transmettent un message de sensibilisation à l’environnement dans la vie quotidienne des gens.

Mierle Laderman Ukeles

Depuis 1976, la féministe Mierle Laderman Ukeles est une artiste résidente du département de l’assainissement de la ville de New York. Son travail intègre le dialogue et la participation de la communauté autour de questions centrées sur la vie et la durabilité. Elle a attiré l’attention sur l’entretien des systèmes écologiques urbains en général, sur le transfert de matériaux recyclés et usagés et sur la vie des travailleurs chargés de l’entretien quotidien.

Pour elle, les déchets sont de l’art. Ukeles a concentré son énergie créatrice sur une série de projets à long terme : Touch Sanitation (1978-1984), Flow City (1983-aujourd’hui) et Fresh Kills Landfill and Sanitation Garage (1989-aujourd’hui). Ces projets fournissent des points d’accès et des informations aux visiteurs sur les questions de gestion des déchets urbains.

Wendy Osher

Ce projet éco-collaboratif a mis en relation des femmes du monde entier, utilisant des sacs en plastique comme matière première pour crocheter des seins. Osher a assemblé les composants pour créer une forme colorée et organique qui attire le regard, afin d’attirer l’attention sur les toxines qui s’infiltrent dans les eaux internationales. L’œuvre a pour but de sensibiliser la société à l’importance de remédier à la contamination de l’eau. Ensemble, les femmes soulignent le lien entre les sacs en plastique et le poison qui s’infiltre dans la circulation sanguine et affecte directement le lait maternel des femmes et l’avenir des générations futures.

Frans Krajcberg

Krajcberg se bat et crie contre ce qu’il appelle la barbarie de l’homme contre l’homme et de l’homme contre la nature. « C’est ça ma vie, crier de plus en plus fort contre cette barbarie que l’homme pratique ». Il fait de son art un cri de révolte en transformant en sculptures des restes de bois, des branches brûlées et d’autres matériaux. « Je veux que mes œuvres soient le reflet des incendies. C’est pourquoi j’utilise les mêmes couleurs : le rouge et le noir, le feu et la mort ».

Sayaka Gans

Sayaka Ganz produit de magnifiques sculptures écologiques qui réutilisent des objets en fin de vie. L’artiste dit avoir été inspirée par les croyances japonaises shintoïstes selon lesquelles tous les objets ont un esprit et ceux qui sont jetés « pleurent la nuit dans la poubelle ». Forte de cette image, elle a commencé à collecter des matériaux mis au rebut, tels que des ustensiles de cuisine, des lunettes de soleil, des bouteilles pour animaux, des appareils ménagers et des jouets, pour les inclure dans ses œuvres d’art.

En produisant ses œuvres d’art à partir de matériaux recyclés, Mme Ganz récupère et régénère les matériaux en question et propose une consommation plus rationnelle. Le concept de déchet est une création humaine ; dans la nature, tout est un intrant pour quelque chose et continue le cycle. Le travail de Ganz donne une nouvelle vie à ces matériaux qui, autrement, seraient jetés, probablement de manière incorrecte, et dégraderaient la planète.

Eduardo Srur

L’artiste réalise des interventions urbaines à grande échelle qui attirent l’attention de millions de personnes sur les questions environnementales. L’insertion de ses œuvres dans la vie quotidienne de la ville incite les spectateurs à réfléchir, ne serait-ce qu’un bref instant, à la nécessité de respecter l’environnement. Srur oscille entre la photographie, la sculpture, la vidéo, la performance, les installations et les interventions urbaines. Ses œuvres sont humoristiques mais percutantes et ont une forte dimension critique. L’interférence dans le cadre urbain dialogue avec la question environnementale et lance un avertissement important sur les problèmes rencontrés dans les métropoles, tels que l’excès de déchets et l’importance du recyclage.